Valmyvoyou lit

28 mai 2018

Bonne semaine - Valmy bébé

IMG_2870

 

Bonjour à tous,

 

Je vous souhaite une bonne semaine.

 

Cette photo a été prise lors de nos premières vacances avec Valmy.

 

Bon lundi.😘

 

Posté par Valmyvoyou lit à 09:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


26 mai 2018

Bon week-end du 26 mai

IMG_2867

 

Bonjour à tous,

Je vous souhaite un très bon week-end et de très belles découvertes livresques. 😘

 

Posté par Valmyvoyou lit à 13:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 mai 2018

La jeune fille et la nuit, Guillaume Musso

IMG_2704

 

La jeune fille et la nuit

Guillaume Musso

Éditions Calmann-Levy

 

Quatrième de couverture

 

Un campus prestigieux figé sous la neige
Trois amis liés par un secret tragique
Une jeune fille emportée par la nuit

Côte d’Azur - Hiver 1992
Une nuit glaciale, alors que le campus de son lycée est paralysé par une tempête de neige, Vinca Rockwell, 19 ans, l’une des plus brillantes élèves de classes prépas, s’enfuit avec son professeur de philo avec qui elle entretenait une relation secrète. Pour la jeune fille, « l’amour est tout ou il n’est rien ».
Personne ne la reverra jamais.

Côte d’Azur - Printemps 2017
Autrefois inséparables, Fanny, Thomas et Maxime – les meilleurs amis de Vinca – ne se sont plus parlé depuis la fin de leurs études. Ils se retrouvent lors d’une réunion d’anciens élèves. Vingt-cinq ans plus tôt, dans des circonstances terribles, ils ont tous les trois commis un meurtre et emmuré le cadavre dans le gymnase du lycée. Celui que l’on doit entièrement détruire aujourd’hui pour construire un autre bâtiment.

Dès lors, plus rien ne s’oppose à ce qu’éclate la vérité.
Dérangeante
Douloureuse
Démoniaque…

 

Mon avis

 

Il y a des signes qui ne trompent pas. Jusqu’à il y a deux ans, j’ai toujours dévoré les livres de Guillaume Musso en vingt-quatre heures. J’ai mis plusieurs jours à lire La jeune fille et la nuit.

 

Comme j’ai toujours adoré les livres de cet auteur, hormis Un appartement à Paris qui m’a moins plu, j’ai beaucoup d’attentes au sujet de ses romans.

 

Au départ, cela partait bien, j’ai souri à certaines phrases concernant Thomas, le personnage principal. Ce dernier est écrivain et des éléments le concernant m’ont fait penser à Guillaume Musso. Ces petits clins d’œil m’ont amusée.

 

Cependant, je ne sais pas si c’est moi qui suis devenue plus exigeante ou si c’est l’écriture de l’auteur qui a changé, j’ai été, par moments, agacée par les références littéraires citées. J’ai eu la sensation d’un étalage de culture. À la fin du livre, je me suis demandé s’il n’y avait pas une intention plus louable. Je m’explique : Guillaume Musso fait partie de ces écrivains qui amènent des non-lecteurs aux livres. Est-ce pour titiller leur curiosité ? Cependant, je l’ai vécu comme un déballage qui n’apportait rien à l’histoire.

 

Une autre chose que j’ai regrettée est que je ne me suis pas attachée aux personnages. Je suis restée à distance.

 

Cela fait aussi deux livres dans lesquels il me manque la « magie Musso ». L’élément qui bouleverse, qui nous colle au fauteuil et nous fait dire « waouh ». Celui qui fait que l’on reprend le livre au début, car il donne une autre lecture de l’histoire.

 

Bien sûr, c’est un livre distrayant. La deuxième partie m’a happée, car elle comporte des rebondissements, même si j’ai noté quelques invraisemblances. Je ne me suis pas ennuyée, j’ai passé un moment plaisant, mais je n’ai pas été embarquée. Je n’ai pas ressenti de temps mort. J’ai bien aimé, mais je suis loin du coup de cœur.

 

Conclusion

 

Que c’est difficile d’être critique avec un auteur que j’adore. Mais ne sommes-nous pas plus exigeants avec ceux que l’on aime, n’avons-nous pas plus d’attentes ? La jeune fille est la nuit est un livre qui m’a fait passer un bon moment, mais dans lequel je n’ai pas retrouvé ce qui me fait dévorer les livres de Guillaume Musso. Malheureusement, je suis un peu déçue pour toutes les raisons que j’évoque dans ma chronique.

 

Bien entendu, cet avis est subjectif. Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Rejoignez-nous sur le groupe Valmyvoyou et ses amis lisent pour en parler. 😉

Cliquez ici

 

23 mai 2018

Les Crèvecoeur 1 : Edith et Romain, Antonia Medeiros

IMG_2860

 

Les Crèvecoeur 1 : Edith et Romain

Antonia Medeiros

Silk Thread Publishing

Quatrième de couverture

 

Un destin unique, une obsession familiale, le poids des secrets.

 

Germain Crèvecœur, l'un des plus grands créateurs de chaussures pour femmes du XXe siècle, vient d'être retrouvé pendu. Il lègue à un fils mystérieux tous ses biens, y compris une maison étrange aux murs couverts de souliers féminins et des lettres dans lesquelles le défunt dévoile le roman de sa vie ainsi que ses plus terribles secrets...

 

Pris entre l'amour fusionnel de sa mère Édith et la folie fétichiste de son père cordonnier, Germain grandit au début des années 1920 conscient de sa différence et de sa sensibilité à l'élégance féminine. Des tragédies familiales et des secrets qui hantent son histoire, il puisera toute la force de sa passion créatrice afin de répondre à cette unique question : peut-on guérir son âme au fond d'une bottine pour dames ?

 

Entre passions et intrigues familiales, la saga des Crèvecœur est un hymne à la féminité et une fresque fascinante où se mêlent Histoire, sensualité et quête du bonheur.

 

Édith et Romain est le premier tome de cette saga familiale en deux volets.

 

Ma présentation

 

J’ai lu les deux premiers tomes de cette saga qui en comporte quatre. L’histoire commence par un cataclysme dans la vie bien tranquille de Raphael. Un notaire lui annonce que son père vient de mourir et a laissé un héritage entouré de mystère. Or, toute sa vie, on a raconté à Raphaël que son père était mort, sauf que sur les photos de famille, ce n’était pas l’homme qui va être enterré. Le défunt a organisé un jeu de piste pour raconter son histoire à son fils. Dans cette première partie, nous découvrons Edith, la mère de Germain et Romain, son père.

 

Mon avis

 

J’ai lu ce roman en numérique et il fait partie des livres que je préfère lire sur papier. En effet, il comporte de longs paragraphes de descriptions, sans dialogues, ce qui fait que par moments, cela m’a perdue.

 

Cependant, l’écriture d’Antonia Medeiros est extrêmement travaillée. Avec un sens du détail très poussé, elle nous décrit la vie de la famille Crèvecœur et le monde de la chaussure dans laquelle elle évolue. Il m’a fallu un peu de temps pour m’habituer au rythme du récit. Les descriptions, par moments, me paraissaient trop longues. Mais, ensuite, la plume redevenait plus vivace, plus rythmée. Mais, au fil des pages, cela m’a moins gênée et j’ai fini par, au contraire, apprécier les représentations très complètes des événements, des chaussures, etc.

 

Le fait de tout connaître fait que l’on veut en savoir encore plus et que l’on prend plaisir à lire.

 

Le fil conducteur de l’histoire est la chaussure, qui est un personnage à part entière. La vie des Crèvecœur tourne autour d’elle. Elle sera à l’origine de l’union d’Edith et Romain, mais aussi la cause de comportements abjects. L’auteure l’utilisera aussi pour nous parler d’Histoire, en décrivant, par exemple, l’Exposition coloniale de Paris.

 

Les portraits des personnages sont très complets et très réussis. Edith est une femme très attachante, qui a beaucoup souffert et dont la vie a été consacrée à son fils. Romain, est une personne égoïste et plus que détestable, capable des pires horreurs. Germain, il me faut encore le découvrir.

 

L’autre grand thème de la saga est le secret sur toutes ses formes. C’est l’épine dorsale de la famille Crèvecœur. Dans certains cas, le secret apporte du bonheur, mais les conséquences peuvent être désastreuses, et dans d’autres, il est la cause de grands malheurs.

 

Le premier volet de cette saga s’est terminé sur une phrase qui a aiguisé ma curiosité. J’ai très envie de lire la suite et j’ai envie de comprendre la personnalité de Germain, de savoir quel homme, il a vraiment été, chargé de ce lourd passé familial.

 

Conclusion

 

C’est une saga écrite avec une belle plume très travaillée. Il m’a fallu me familiariser avec les longues descriptions, mais ensuite, j’ai été embarquée dans le monde des Crèvecœur. L’histoire est très riche de secrets, ce qui donne une ambiance très mystérieuse, intense et assez noire, entrecoupée par des passages de grande vivacité. J’ai très envie de lire la suite.

 

Je remercie sincèrement Antonia Medeiros pour ce service presse.

 

22 mai 2018

Une pluie d’étincelles, Tamara McKinley

IMG_2802

 

Une pluie d’étincelles

Tamara McKinley

Éditions de l’Archipel

 

Présentation éditeur

 

Australie, 1946. Becky Jackson a regagné son village natal avec son fils Danny après que son mari a été déclaré mort au combat.
Depuis deux générations, sa famille dirige l’hôpital de Morgan’s Reach, bourgade fondée par son grand-père. Becky y connaît tout le monde et retrouve sa meilleure amie, elle aussi veuve de guerre.
Becky côtoie également Ben Freeman, le pompier en chef secrètement amoureux d’elle. Un amour auquel elle se refuse car Danny n’a toujours pas fait le deuil de son père…
Morgan’s Reach est sous tension. Il n’a pas plu depuis trois ans. Et soudain une tempête menace d’embraser la région. L’atmosphère est électrique, qui pourrait réveiller rancœurs et jalousies au sein de la petite communauté. D’autant qu’un homme rôde…
Les paysages somptueux de l’Australie sauvage, un personnage de femme fort et déterminé… Autant d’ingrédients qui ont fait le succès des grandes sagas de Tamara McKinley.

 

Mon avis

 

Vous le savez certainement, je suis fan de sagas. Et une pluie d’étincelles ne fait pas exception, j’ai adoré.

 

Le premier tiers du livre est plaisant. L’auteure présente les personnages, les relations entre chacun, la ville de Morgan’s Reach et le contexte. C’est agréable à lire, cela fait du bien.

 

Puis, avec une phrase, elle nous met l’eau à la bouche, nous savons que la situation ne va pas rester paisible. Et effectivement, avec la nature qui se déchaîne, le mystère autour de cet homme qui rôde, les blessures du cœur à panser pour de nombreux protagonistes, le rythme s’accélère. Je n’avais plus envie de lâcher Une pluie d’étincelles.

 

La majorité des personnages sont attachants. Les femmes sont fortes et ont une place très importante dans la communauté. Le petit garçon, Danny, qui n’accepte pas la mort de son père, est émouvant. La vie dans l’outback australien, ainsi que ses dangers sont très bien représentés, j’ai eu la sensation d’y être.

 

Lorsqu’un incendie se déclare, la solidarité s’organise. Il faut combattre le feu, soigner les blessés, chacun a son rôle. Cette bataille contre les éléments est décrite d’une manière très vivante, avec énormément de suspense. Les habitants arriveront-ils à dominer la nature ? Des drames vont se produire …

 

Et qui est cet homme mystérieux ? Nous savons que c’est un soldat qui revient de la guerre et qu’il est atteint d’un cancer. Pourquoi se cache-t-il ? Qui est-il ? Que veut-il ? J’ai adoré le suivre.

 

Un passage m’a particulièrement émue dans cette histoire. Les larmes n’étaient pas loin, tant une discussion est poignante.

 

Certains personnages ont été malmenés par la vie. Tamara McKinley aborde différents thèmes, tels que le deuil, l’alcoolisme, le choc post-traumatique, la violence conjugale, mais aussi, la résilience, la solidarité, l’amitié. Elle démontre aussi comment un geste qui peut paraître anodin, peut entraîner une pluie de conséquences et … d’étincelles, jusqu’à aboutir à un brasier.

 

J’avais vu sur un post que certaines personnes lisent la dernière page d’un livre avant de le commencer. Il ne faut absolument pas le faire avec ce livre. J’ai relu, cinq fois, le dernier paragraphe tant ma surprise fut grande. Je me suis repassé tout le livre dans la tête pour voir si j’aurais pu deviner ce que l’auteure révèle à la fin.

 

Conclusion

 

J’ai adoré Une pluie d’étincelles. Dès le début, j’ai eu la sensation de faire partie de Morgan’s Reach, de connaître ses habitants et d’entretenir des liens avec eux. Mais, quelle agréable surprise, lorsque le rythme s’est emballé au deuxième tiers du livre ! Il m’est devenu impossible de le lâcher. Des personnages hauts en couleur, des passages bouleversants, du mystère, un combat contre la nature mais aussi contre certains drames de la vie, du suspense, des sentiments, une fin scotchante et poignante font la réussite de cette saga.

Merci beaucoup aux Éditions de l'Archipel pour ce service presse.❤️