IMG_2525

 

L'eau de Rose

Laurence Martin

Publishroom

 

Présentation éditeur

 

Elle me pointe un petit carnet qui gît le long du caniveau et murmure :
— Dites-leur pour moi que je les aime.
Je demande :
— À qui ?
Elle convulse.
Je pleure.
— À qui ?
Elle est partie.
La femme qui sortait du cimentière est venue mourir dans mes bras... Je souffle « Je le leur dirai » comme une promesse indestructible.


Rose ne sait pas que cette promesse va bouleverser son existence. Au fil des pages de ce carnet, elle remettra en question sa solitude. Elle ira chercher ses réponses, contestera les lois familiales qui érigent le silence sur sa mère disparue il y a vingt ans. Elle apprendra combien la vie peut être belle et l’amour un nouveau départ.
Mais, quand l’adversité s’entête, la peur reprend parfois ses droits et la mort ses prérogatives.
Rose trouvera-t-elle sa vérité ? Osera-t-elle enfin le bonheur ?

 

Mon avis

 

Laurence Martin a une plume douce, délicate, qui ne veut pas déranger, comme l’héroïne de L’eau de Rose. Et on se laisse submerger par l’histoire, qui telle l’eau, est tour à tour calme, puis plus agitée, comme peut l’être une rivière en fonction du courant. En lisant ce livre, vous comprendrez pour quelle raison, j’utilise la métaphore de l’eau.

 

Ce roman aborde énormément de thématiques qui ont le deuil pour point de départ. Il nous parle de secrets, de non-dits au sein d’une famille. Il nous dit surtout les conséquences que le silence peut avoir sur une vie.

 

À travers ses personnages, Laurence Martin montre les barrières que le corps et l’esprit peut mettre en place pour se protéger. Mais ces défenses-là sont-elles les bonnes ? Quel est l’envers ?
L’auteure nous parle de stress post-traumatique, de la destruction que celui-ci peut provoquer, mais elles évoque aussi certains chemins qui peuvent être empruntés pour essayer de survivre.

 

Cependant, c’est un livre plein d’espoir qui indique des voies de reconstruction et de résilience. Mais Rose va-t’elle les suivre ? Qu’en sera-t-il de ses proches ?

 

C’est un court roman délicat, à lire au calme, pour se retrouver avec soi-même. Pour être sincère, à un moment, je me suis dit que je ne croyais pas un passage, et, pourtant tout de suite, je me suis dit que c’était la magie de la lecture, on pouvait croire à tout. Et je me suis laissé porter. J’ai eu envie de prendre dans mes bras ces personnages qui souffrent, j’ai eu envie de remercier ceux qui cherchent à les aider.

 

Conclusion

 

De nombreux lecteurs ont eu un coup de cœur pour ce livre. Il a tout pour le provoquer. En ce qui me concerne, je pense que mes propres fêlures ne m’ont pas permis d’avoir un coup de cœur. Cependant, je l’ai beaucoup aimé. Je me répète, mais je pense que ce livre a tout ce qu’il faut. J’ai adoré l’écriture de l’auteure, certaines phrases m’ont beaucoup touchée, j’ai beaucoup aimé l’histoire mais cela ne s’explique pas. Je vous invite fortement à le lire, car j’ai passé un très agréable moment. Après la lecture, il me reste une sensation de douceur et d’intimité.

 

Je remercie sincèrement Laurence Martin pour ce service presse.