IMG_2635

 

L’autel des âmes tourmentées

Mary Elise

Bookelis

 

Résumé

Viviane est une mère de famille qui a perdu son mari dans un accident de voiture, auquel ses deux enfants ont survécu. Peu après, elle a appris l'existence de sa demi-sœur, que sa fille aînée a aussitôt prise en grippe. Celle-ci a beaucoup de mal à se remettre de la mort de son père et se sent responsable de son petit frère, qui n'a plus prononcé un mot depuis l'accident. La demi-sœur décide de les inviter à passer trois semaines en sa compagnie et celle de ses fils dans sa résidence secondaire, en Normandie, afin de faire plus ample connaissance et d'apprivoiser sa nièce.

 

Mon avis

 

Pour être sincère, je ne savais pas à quoi m’attendre, en lisant ce roman. L’auteure m’a gentiment contactée par message privé. J’ai pensé qu’elle s’exprimait très bien et que ce qu’elle me disait au sujet de son livre correspondait à ce que j’aimais. Cependant, je n’avais pas trouvé de chroniques. Aussi, je me suis lancée dans l’aventure.

 

J’espère que mon avis permettra de faire connaître ce livre, car c’est une heureuse surprise. Je l’ai beaucoup aimé.

 

Tout d’abord, il est très bien écrit. Comme vous le savez, je suis très sensible au style dans une histoire. Et la plume de Mary Élise m’a fait tourner les pages avidement. L’écriture est très fluide et très agréable. Cette recherche de la perfection m’a fait sourire, pour quelques phrases, car on ressent que l’auteure a souhaité travailler ses phrases et par exemple, utiliser certains termes avec l’objectif d’éviter les répétitions. Mais, dans 95% du texte, cela reste très naturel. Je ne peux qu’apprécier qu’une auteure ait le sens du détail.

 

J’ai énormément aimé le suspense psychologique de cette histoire. Les relations entre Viviane et sa fille Marion sont très tendues. Alors qu’une lecture au premier degré fait passer l’adolescente pour une rebelle, en pleine crise, avec un comportement asocial, j’ai ressenti beaucoup d’empathie pour elle. J’en ai énormément voulu à sa mère. Elle n’essaie pas de comprendre la souffrance de son aînée. La mère fait porter tous les torts à sa fille, mais elle ne fait pas son rôle de mère. Ce n'est pas Marion qui se comporte mal.

Quant au lien entre la jeune fille et son frère, il est très fort, très touchant. La première partie du livre concerne les liens familiaux. Elle montre également qu’une attitude peut cacher des secrets.

 

Dans la deuxième partie, il y a de l’aventure et du mystère. Je me suis surprise à trembler, à sursauter. Le suspense se situe aussi dans l’action, ce qui donne un nouveau rythme à l’histoire. Et les pages défilent, car le besoin est grand de savoir de quelle manière cela va se terminer. Un court passage m’a semblé de trop. Même si l’histoire n’a rien à voir, bizarrement, il m’a fait penser à Sans faille de Valentin Musso. Je pense que l’histoire aurait été plus dynamique sans lui. Mais, c’est un avis personnel, et cela ne gâche en rien la lecture.

 

Enfin, dans la dernière partie, les fils psychologiques se démêlent. Certaines réactions m’ont surprise par leur manque de nuance, c’est parce que chaque lecteur met sa personnalité dans sa lecture. Chacun lit avec sa grille à lui.

 

Conclusion

 

C’est un roman que j’ai beaucoup aimé pour l’analyse psychologique très fine des personnages et des relations humaines, en particulier, les relations mère-fille. L’auteure a une plume très travaillée, qui rend la lecture très prenante. L’autel des âmes tourmentées, c’est de l’humain, mêlé à du suspense, du mystère et des non-dits. C’est un livre à découvrir.

 

Merci beaucoup à Mary Élise pour ce service presse.