IMG_2589

 

 Toutes blessent la dernière tue

Karine Giebel

Belfond

 

De quoi ça parle ?

 

Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, article 4 :

Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

 

Nous suivons deux histoires en parallèle : celle de Gabriel et celle de Tama. Le premier découvre, dans son écurie, une jeune femme grièvement blessée et amnésique. La seconde est une enfant de huit ans, marocaine, qui est esclave dans une famille franco-marocaine.


Mon avis

 

C’est une tuerie ! Je suis admirative devant le talent de Karine Giebel.

 

J’ai commencé à lire ce livre jeudi soir et je l’ai terminé vendredi soir. Pendant quarante-huit heures, mon quotidien a tourné autour de ma lecture. Dès que j’avais quelques minutes, je reprenais ce thriller magistral. J’ai eu des nuits courtes, car je ne pouvais pas le lâcher. Et pourtant, à certains moments, il m’a fallu reprendre mon souffle, tant ce que vit la jeune Tama est insoutenable.

 

La construction est originale. Au départ, cela m’a surprise, car l’histoire de Tama est racontée, parfois, à la première personne du singulier, et parfois, à la troisième personne du singulier. Nous finissons par en comprendre la raison, mais, cela nous fait remuer les méninges.

 

Le thème est très fort et très dur. Ce que vit cette enfant au quotidien est atroce. Karine Giebel ne nous épargne aucun détail, l’escalade de violence est incroyable et notre conscience est malmenée. Dans nos petites chaumières, imaginer que de telles horreurs se produisent, pas très loin de nous, remue.

 

La force de Karine Giebel est aussi dans ce que les personnages nous inspirent. J’ai développé des sentiments pour certains qui ne sont pas des enfants de chœur. J’ai éprouvé de la haine pour d’autres.

 

Les switchs sont ahurissants. À certains moments, je me suis crue très maligne. J’ai pensé que l’auteure était très forte, car elle ne laissait rien entrevoir. Cependant, à force de me triturer le cerveau, j’avais compris certaines choses. C’est cela quand on lit beaucoup de thrillers … et patati et patata. Eh ! Valmyvoyou, redescends sur terre ! Madame Giebel est beaucoup plus forte que toi ! 😂 Tu t’es trompée sur toute la ligne ! Eh oui ! J’étais complètement à côté de la plaque ! 😂

 

Toutes blessent la dernière tue est un roman psychologique, mais aussi un fait de société. L’histoire est puissante. Ce livre qui m’a fait pleurer, à plusieurs reprises, est inclassable. Attention, l’auteure ne nous ménage pas. Elle n’hésite pas à piétiner notre cœur.

 

Conclusion

 

J’ai pris une claque ! Toutes blessent la dernière tue est phénoménal, magistral, puissant, poignant, incroyable, sensationnel, bouleversant ... Vous pouvez aussi ajouter tous les mots qui définissent un chef-d’œuvre. Un énorme coup de cœur ! Il va autant me marquer que Meurtres pour rédemption. Je suis époustouflée par le talent immense de Karine Giebel. ❤️

 

Merci à ma grande amie qui m’a offert ce superbe cadeau pour mon anniversaire. 😍

 

Du même auteur :

Jusqu'à ce que la mort nous unisse