IMG_2655

 

Qui je suis

Mindy Mejia

Éditions Mazarine

 

Quatrième de couverture

 

Hattie Hoffman a passé sa vie à jouer de nombreux rôles : la bonne élève, la bonne fille, la bonne petite amie. Mais Hattie rêve d’autre chose, d’une expérience plus intense… et qui se révèle extrêmement périlleuse. Lorsque son corps sauvagement poignardé est découvert, une redoutable onde de choc traverse la ville de Pine Valley.
Très vite, il apparaît que Hattie entretenait une relation secrète, hautement compromettante et potentiellement explosive. Quelqu’un d’autre était-il au courant ?
Et jusqu’où cette personne était-elle prête à aller pour mettre fin à cette relation ? Le petit ami de Hattie semble désespéré par sa mort. Son amour profond serait-il devenu une obsession ? Ou l’intrépide Hattie s’est-elle simplement retrouvée au mauvais endroit au mauvais moment ?
Suggestif et tranchant, ce roman examine la frontière entre l’innocence et la culpabilité, l’identité et la duperie. L’amour conduit-il à la découverte de soi… ou à la destruction ?

 

Mon avis

 

Malheureusement, cette histoire n’a absolument pas fonctionné sur moi.

 

Bien entendu, tout ce qui suit est un avis personnel. Certains lecteurs ont adoré, ce sont, d’ailleurs, des critiques positives qui m’ont donné l’envie de demander Qui je suis sur Netgalley.

 

Au départ, je me suis énormément ennuyée. Il a fallu attendre d’avoir lu 60 % du livre pour que je commence, un peu, à apprécier ma lecture. J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de longueurs, que le rythme était plat et qu’aucun détail ne retenait mon attention ou me faisait frémir.

 

Malheureusement, les ficelles m’ont semblé trop grosses au niveau du suspense. À chaque fois que l’auteure a tenté de désigner un coupable, je savais que ce n’était pas lui, tant c’était trop visible qu’elle voulait que l’on arrive à cette déduction.

 

Je n’ai rien ressenti pour les protagonistes. Je n’ai eu aucun sentiment, ni positif, ni négatif. L’écriture était trop distante. Je n’ai même pas ressenti d’empathie pour les parents de la victime. L’auteure, à force de vouloir décrire Hattie comme une fille pas si innocente que ça, m’a perdue. Le récit m’a semblé lent. J’ai eu l’impression de lire une succession de détails et d’évènements, mais je me suis pas sentie concernée.

 

Les personnages sont beaucoup trop caricaturaux à mon goût, avec par exemple, l’adolescent sportif pas très malin, le professeur de lettres qui est sensé faire penser au professeur du Cercle des Poètes disparus, la femme qui s’éloigne de son mari depuis qu’ils se sont installés chez sa mère, etc.

 

Conclusion

 

Même si l’idée de départ de s’interroger sur le passé de la victime pour découvrir le mobile de son meurtre était intéressante, le style narratif et les effets de suspense ne m’ont pas convaincue. Cependant, même si certains chroniqueurs partagent mon avis, énormément de lecteurs ont été époustouflés par ce thriller et l’ont trouvé très bien construit.

 

Je remercie sincèrement Netgalley et les Éditions Mazarine pour ce service presse.

 

 

#QuiJeSuis #NetGalleyFrance