IMG_2800

 

Pauline Benedict

Frédérique Jansois

Auto-éditée

 

Quatrième de couverture

 

Paris, 1940. Pauline Benedict a vingt et un ans. Étudiante solitaire, souffre-douleur de sa mère et de Jacques, son aîné, elle se trouve inopinément engagée dans le même combat que ces derniers lorsque les Allemands envahissent la capitale.
C’est alors qu’elle s’éprend de Richard, un homme toujours pressé et porteur d’un secret qui le hante. L’attraction est réciproque, mais Richard saura-t-il protéger Pauline de la haine de Jacques, exacerbée jusqu’à pousser celui-ci à la trahison ?
De son côté, Pauline saura-t-elle libérer Richard de la culpabilité qui l’empêche d’être heureux ? Et que faire des sentiments que lui témoigne ce capitaine américain, alors que la Libération apporte son lot de joies, de douleurs et de révélations ?

 

Mon avis

 

Je me laisse à penser que ma façon de choisir les livres d’auteurs auto-édités est la bonne en ce qui me concerne. Je commence à croire que j’ai du flair pour dénicher les livres qui vont me plaire et qui sont très bien écrits.😀

 

En effet, Pauline Benedict est un roman qui m’a bouleversée.

 

Autant la quatrième de couverture m’avait attirée avant de lire ce livre, autant après l’avoir terminé, je pense qu’elle ne montre pas à quel point cette histoire est complète.

 

C’est une magnifique histoire de femme. L’héroïne est très attachante, je l’ai vraiment aimée. Je l'imagine aussi douce et belle que sur la photo. Je me suis sentie très proche d’elle. J’ai eu l’impression qu’elle était, à la fois, une part de moi et aussi une soeur, une amie. J’ai été en osmose avec sa personnalité.

 

Sa mère, Berthe, est cassante avec elle, dénigrante et de mauvaise foi. Elle ne lui reconnaît aucune qualité et ne sait que lui faire des reproches. Les relations mère-fille sont dénaturées. Son frère, Jacques, est, lui aussi, monstrueux. Son comportement m'a plusieurs fois révoltée.

 

Ce que nous avons vécu détermine notre caractère et c’est particulièrement bien rendu dans Pauline Benedict.

 

Cependant, ce roman ne parle pas que de relations familiales. Les Allemands ont envahi Paris. Frédérique Jansois dépeint le quotidien des Français sous l’occupation : la survie, la peur, la rafle du Vel-d’hiv, etc. Elle décrit ces Français, des personnes comme vous et moi, qui ont fait des actions pour aider la Résistance, en prenant de grands risques. Elle montre que chaque acte a compté à cette période. Elle raconte aussi la Résistance guidée par Londres.

 

Et pourtant dans ces périodes horribles de guerre, de magnifiques histoires d’amour naissent …

 

Des amitiés touchantes se créent lorsque des personnes révèlent un courage et un grand cœur.

 

J’ai été très sensible à la justesse de l’écriture de l’auteure. Les comportements, les réactions et les mots de chaque personnage sont authentiques. Les personnalités sont vraies. L’écriture m’a déclenché autant d’émotions que l’histoire. Elle m’a enrobée et le ton était adapté à chaque situation et au caractère de chaque personnage.

 

Je terminerai en disant que j’ai pleuré plusieurs fois. Pauline Benedict m’a énormément émue. De plus, certains passages ont fortement résonné en moi.

 

Conclusion

 

J’ai eu un très gros coup de cœur ❤️ pour Pauline Benedict. Cette histoire de femme écrite par une femme est bouleversante, juste, et dramatique par moments. Mais c’est aussi de résilience, de courage et d’amour dont il est question. L’écriture est d’une grande justesse et m’a provoqué énormément d’émotions. Ce livre est une histoire de drames familiaux, dans un contexte historique tragique, superbement rendu, et aussi un récit éclairé par des sentiments d’amour et d’amitié très forts.

 

Je remercie sincèrement Frédérique Jansois pour ce service presse.