Design

 

Le journal rouge

Lily R. Davis

MxM Bookmark

 

Quatrième de couverture

 

« Avec quelle force me battrais-je encore pour quelques mots ? Des mots… Des mots que nous jetions sur le papier ; une drôle de façon de lever le poing ; de hurler. Des mots pour se révolter. Des mots pour tout changer ! » Nous sommes en 1965, à Washington. Tout le monde reprend en chœur les refrains des Beatles et les slogans lors des marches citoyennes. La jeunesse se soulève contre la ségrégation, contre la Guerre. 

 

La jeunesse veut aimer sans contraintes. C’est la génération hippie. Rose a passé des années dans un pensionnat pour jeunes filles et si elle regarde de loin cette nouvelle liberté, elle ne sent pas le droit d’y plonger. Orpheline, recueillie par un oncle Colonel dans les Marines et basé à Saigon, Rose se sent prise aux pièges. Elle invente alors Max. Un pseudonyme derrière lequel elle se cache pour écrire des chroniques dans un journal universitaire. Alec est un activiste. Il se bat pour un monde en paix, pour toutes les vérités. Il se bat surtout pour mettre fin à cette guerre, au Vietnam, qui emporte trop de jeunes soldats. Avec ses amis, ils travaillent pour un petit journal clandestin. Le Aldous.
De communautés hippies en sit-in, il a toujours un stylo à la main et la rage au cœur. C’est la passion de l’écriture qui les réunira. C’est pour l’autre qu’ils se dépasseront. Ensemble, avec le Aldous et cette jeunesse éprise de liberté, d’égalité et de paix, ils brandiront la plus grandes de leurs armes : les mots. De manifestations en désobéissances civils, dans une société qui refuse encore de les émanciper, ils se battront pour leurs droits, pour leurs lois, pour leur vie. Malgré les dangers de la vérité et ceux qui voudront les faire taire, malgré l’ombre de la conscription et de cette guerre qui finira par les rattraper, Alec et Rose deviendront la voix de ceux qui ne peuvent plus parler. Sans jamais cesser de s’aimer.
« Continue de te battre pour toi, pour moi, pour les autres. Continue de te battre aussi fort que je t’aime et rien dans ce monde ne pourra jamais te résister. »

 

Pourquoi je l’ai lu ?

 

J’ai tourné longtemps autour de ce livre. À chaque fois que j’allais sur Netgalley, je le voyais et j’étais irrémédiablement attirée par sa couverture, que je trouve magnifique. Le résumé m’attirait aussi. Ce qui me bloquait, c’était que c’était écrit que c’était une romance historique. Or, je ne lis pas de romance. Puis, j’ai craqué et je l’ai téléchargé. Peu de temps après, j’ai lu la chronique d’Une souris et des livres et je n’ai eu qu’une envie, c’est de commencer à le lire.😀

 

Mon avis

 

Je n’attendais rien de ce livre et je l’ai adoré.

 

L’édition papier contient 591 pages, mais je n’ai absolument pas eu l’impression que c’était long. L’écriture est vivante, rythmée et il se passe toujours quelque chose. De plus, de nombreux articles de l’Aldous, un journal qui dénonce les injustices et le comportement des Etats-Unis au Vietnam donnent une dynamique au récit.

 

Le contexte historique est rendu de telle manière, que j’ai eu la sensation d’y être. Ce roman est très documenté et très complet sur cette période mouvementée durant les années 60. L’auteure nous plonge entièrement dans cette période hippie. Les Etats-Unis sacrifiaient ses jeunes pour les envoyer se battre au Vietnam. Lily R. Davis aborde tous les points de vue : les personnes qui défendent ces combats, celles qui se battent pour faire arrêter cette boucherie, les hommes qui sont au Vietnam, ceux qui en sont revenus et sont qui en sont morts. Elle parle aussi de ségrégation, de la pilule, du combat pour que les avortements ne soient plus illégaux. Elle montre aussi comment un combat juste peut se radicaliser et devenir ce qu’il dénonce. L’aspect historique est incroyablement riche précis et pourtant, dépeint d’une façon romancée. Les thèmes développés sont si nombreux que c’est comme si c’étaient plusieurs livres en un. Cependant, les sujets ne sont pas survolés, ils sont très approfondis.

 

L’histoire dans l’Histoire est très prenante. Les personnages sont nombreux, mais nous ne sommes pas perdus. Ils ont tous une personnalité différente, mais ne sont absolument pas caricaturaux. Comme dans la vie, ils sont faits de nuances. Une des héroïnes principales, la jolie Rose, est très timide, elle a reçu une éducation convenable, mais lorsqu’il s’agit de défendre ses idées, un autre pan de son caractère se révèle. L’amour peut aussi transformer un séducteur en prince charmant, sans qu’il oublie les causes pour lesquelles il se bat. Vous rencontrerez aussi l’ami intime de Rose, Chris. Il y a la peste de service, mais qui est très douée pour dénoncer l’injustice. Et les personnages qui ont l’air de personnes dures, mais qui en fait cachent ce qu’ils ressentent vraiment, on en connaît tous. Je ne vais pas tous vous les citer, je vous laisse les découvrir.

 

L’auteure mêle la fiction à la réalité. Des personnalités et des faits réels s’entremêlent à la vie de nos amis. J’ai beaucoup apprécié les notes qui permettent d’appréhender l’histoire dans son contexte.

 

Conclusion

 

Je n’attendais rien de ce roman, et j’ai découvert une pépite, un coup de cœur. Le récit est dynamique et passionnant, les personnages semblent réels et authentiques. Le contexte historique est riche et merveilleusement rendu. L’histoire d’amour est magnifique et émouvante. C’est un livre que j’aimerais découvrir en film.

 

Ce roman est une histoire de passions : la passion dans les convictions, la passion dans les relations amoureuses et pour moi, cela a été la passion de cette lecture.

 

Bien que je n’arrive pas à transmettre la beauté de ce livre, je vous invite sincèrement à le lire.

 

Merci beaucoup à Netgalley et aux éditions MxM Bookmark pour ce bonheur de lectrice.

 

#NetGalleyFrance #LeJournalRouge #ChallengeNetGalleyFR