IMG_2725

 

Le spectateur

Virginie Vanos

Edilivre

 

Quatrième de couverture

 

Axel, un jeune psychiatre un peu snob et fort solitaire, se retrouve confronté à Alexandra, une reporter aussi mystérieuse qu'ambiguë. Tour à tour agacé, désarçonné, intrigué par la jeune femme, il finira par en tomber violemment amoureux, jusqu'à l'obsession, jusqu'à la folie...

 

Mon avis

 

Axel devient le psychiatre d’Alexandra Mars, une reporter célèbre. Celle-ci se dévoile très peu et semble avoir des difficultés à être naturelle.
Le jeune médecin a reçu une éducation dans laquelle les apparences sont très importantes. Le suivi de cette patiente va provoquer chez lui des réactions, qui ne sont pas celles attendues de la part d’un praticien.

 

J’ai ressenti beaucoup d’empathie pour Axel. C’est un personnage attachant. Son éducation ne l’a pas habitué à ressentir ce que sa patiente déclenche en lui. C’est un jeune homme qui m’a émue. Il a des valeurs, ses amitiés le montrent. J’ai beaucoup aimé les liens qui l’unissent à trois autres médecins, la fraternité de ce quatuor.

 

Le sujet est très original. Nous sommes dans la tête du psychiatre, nous le voyons sombrer peu à peu, mais sa profession lui permet d’analyser ce qui lui arrive. C’est un jeune homme peu habitué à se lâcher, à qui on a appris les usages de la société. Aussi, Alexandra provoque en lui, une obsession bienséante. Il sombre dans la folie, mais avec élégance. C’est un être tout en paradoxes. Il en est émouvant.

 

Alexandra est très mystérieuse. Je n’en sais pas assez sur elle pour la cerner. J’ai cru comprendre que la suite en révélait plus sur ce personnage. 

 

La fin est surprenante, dans le bon sens du terme. C’est une fin à laquelle je ne m’attendais pas et qui m’a troublée. En tant que lectrice, j'aime être déstabilisée ainsi.

 

Enfin, Le spectateur est très bien écrit. Virginie Vanos utilise un vocabulaire riche et soutenu, mais accessible. Des références littéraires se marient parfaitement à l'histoire. L’écriture est fluide et travaillée.

 

Conclusion

 

Le spectateur est un livre court, très bien écrit. Le personnage d’Axel, rempli de contradictions, est émouvant. Lorsqu’il franchit la frontière fine entre la raison et l’emballement du cœur, le lecteur assiste aux conséquences. Le sujet et le choix du narrateur sont très intéressants. Tout ceci donne un livre extrêmement agréable à découvrir et que je recommande.

 

Je remercie sincèrement Virginie Vanos pour ce service presse.