IMG_2924

 

 

Le comptable

Mélinda Schilge

Auto-édition

 

Quatrième de couverture

 

Serge croit avoir trouvé sa place chez Bella. Il sait se rendre indispensable, invisible aussi : il utilise la comptabilité comme une carapace pour contenir ses émotions. Mais il réalise qu’il n’est pas grand-chose quand un désordre informatique balaie ses efforts en un jour. Déchu, il peut encore compter sur le soutien d’une collègue styliste, Léonie… Bien que fourvoyé dans des couloirs ternes et aspiré par sa fonction, ce personnage taciturne découvre peu à peu que son cœur bat encore, les sentiments prennent le pas sur les chiffres. Pion d’une multinationale cloisonnée dans ses profits, parviendra-t-il à se défendre des accusations injustes dont il est victime ?

 

Mon avis

 

Dès le début, je suis entrée dans l’univers de cette histoire. Le style de l’auteure a fait que je me sentais bien, j’ai eu la sensation d’être prise par la main. L’écriture est vivante et très réaliste.

 

En effet, le monde de l’entreprise est très bien représenté. Dès le départ, j’ai eu la sensation de vivre une journée-type du travail de Serge, de comprendre sa fonction de comptable, les difficultés et les enjeux.

 

Bien que différents thèmes soient présents dans ce court roman, pour moi, c’est surtout une histoire d’humains. C’est l’histoire de la chute d’un homme. Un événement va gripper sa routine et avoir des conséquences désastreuses pour sa société. Contrairement à Serge, nous savons très vite l’origine du drame.

 

L’auteure montre le cheminement de ce comptable dans sa recherche de vérité. Elle montre comment un acte qui paraît anodin peut conduire à l’effondrement d’une entreprise. Elle dépeint aussi l’attentisme d’une multinationale qui ne réagit que lorsque la catastrophe est là. Elle décrit ce que peuvent être les salariés pour ces groupes américains, à savoir des pions interchangeables. Enfin, elle expose le lien entre la vie professionnelle et les relations sociales.

 

L’histoire est construite sous une forme chronologique. Je pense que cela a contribué à ce que je m’identifie à Serge.

 

Conclusion

 

J’ai aimé ce roman psychologique sur la chute professionnelle et sociale d’un homme. La plume de Mélinda Schilge est si agréable et si vivante, qu’elle nous fait entrer rapidement dans la vie de Serge.

Pour moi, ce livre est une histoire de relations humaines et sociales.

 

Je remercie sincèrement Mélinda Schilge pour ce service presse.