IMG_3116

 

Martin

Dominique Luciani

Auto-édité

 

Quatrième de couverture

 

Joseph, un clown d'hôpital en proie à des difficultés conjugales, va voir sa vie chamboulée par l'arrivée d'un enfant de huit ans dans le service d'oncologie où il officie. Gravement atteint, persuadé que ses jours sont comptés, le petit Martin n'aura de cesse de faire de ce clown dont il perçoit vite la tristesse, le héros que ce dernier a toujours rêvé d'être. Les rôles s'inversent peu à peu, Martin devenant le soignant et Joseph, le patient. C'est alors qu'un incroyable événement va survenir...

 

Mon avis

 

J’ai adoré ce livre qui m’a énormément émue.

 

J’ai, immédiatement, aimé l’écriture de Dominique Luciani. C’est une plume qui crée un cocon autour de vous et qui, d’un coup, vous met un uppercut en plein cœur. L’auteur s’y entend pour passer les sentiments. J’ai eu la sensation de vivre ce que ressentaient les protagonistes de l’histoire.

 

Les personnages, ah, les personnages ! Qu’ils m’ont émue, touchée et m’ont fait vibrer. Joseph, ce clown, qui vient visiter les enfants malades à l’hôpital, est d’une générosité d’âme incroyable. Il vient amuser les enfants qui souffrent, mais ne laisse pas pour autant son cœur et sa sensibilité au vestiaire. Cet homme a vécu, lui aussi des drames. Aussi, lorsque sa femme, Aude, le quitte, on voudrait que cela n’arrive pas. Pas seulement pour Joseph, mais pour elle aussi. C’est une femme attachante, on ne lui en veut pas car on la comprend. Mon baromètre d’empathie était à son niveau maximum pour elle également. Et Martin, ce petit bonhomme qui s’est préparé à la mort. Il m’a bouleversée. Ce petit garçon courageux m’a touchée en plein cœur.

 

L’histoire, quant à elle, est belle et poignante. Même si certains faits ne pourraient pas se produire, on passe au-dessus, car c’est de la fiction. Certains passages font couler les larmes, et pourtant, ce livre est un superbe message d’espoir et de résilience. Le récit est très bien construit, car les événements s’enchaînent avec une fluidité exceptionnelle. L’auteur s’y entend pour que le lecteur soit partie prenante de l’histoire. Je l’ai ressentie à travers mon corps. J’ai eu des frissons et beaucoup d’émotions.

 

Conclusion

 

J’ai eu un gros coup de cœur pour Martin. Bien que ce livre ne fasse que deux cents pages, j’ai eu l’impression d’en lire le double, tant j’ai été submergée d’émotion. Il ne lui manque rien et il n’a rien en trop. J’ai été impressionnée par sa construction qui fait que tout y est. Je me suis énormément attachée à Joseph, Aude, Martin et tous les enfants de l’hôpital. C’est un roman qui fait pleurer et rire à la fois, et qui vous donne envie de câliner vos enfants, neveux, petits-enfants, petits voisins, etc. tous ces êtres innocents qui nous entourent. Ce livre est beau. Il est touchant et porteur d’espoir.

 

Je remercie sincèrement Dominique Luciani pour ce service presse.