IMG_3074

 

Stayin alive

Christian Moguerou

Éditions Erick Bonnier

 

Quatrième de couverture

 

Robin est né le 13 décembre 1977, mais il ne le savait pas.… Il a fallu qu’il meure pour le comprendre et pour, de façon improbable,rester vivant.

 

Stayin’ Alive est un roman épique, tachycardant, une plongée dans les années disco au rythme des Bee Gees, une histoire presque vraie que personne n’oserait croire.

 

Et vous, êtes-vous prêts à danser ?

 

Christian Moguérou, journaliste, producteur et écrivain, a 50 ans et, aux dernières nouvelles, il danse encore.

 

Contexte de lecture

 

J’ai été contactée par l’éditeur Erick Bonnier qui m’a proposé ce livre en service presse. Le livre n’était pas encore sorti (maintenant, il l’est), la quatrième de couverture donne peu d’indications, je ne savais pas s’il allait me plaire. Juste avant de le lire, j’ai lu deux chroniques un peu mitigées sur Babelio. Autant dire que Stayin Alive ne partait pas gagnant.

 

Mon avis

 

Ce roman est la preuve qu’un ressenti diffère d’un lecteur à l’autre. Les chroniques que j’ai lues sont constructives et les éléments relevés sont justes, simplement, ils ont produit l’effet inverse sur moi. Ce sont eux qui m’ont fait adorer ce livre.

 

L’histoire commence au décès brutal de Robin. Il allait avoir 40 ans. Il est né le 13 décembre 1977, le jour de la sortie de Stayin Alive des Bee Gees. Robin assiste à sa mort, puis à tout ce qui s’ensuit, à son enterrement, par exemple. Il nous livre ses pensées sur les évènements. Et le plus fou, c’est que Christian Moguerou m’a tellement convaincue que pendant ces 183 pages, happée par ma lecture, j’ai cru à ce que je lisais, j’ai cru que l’auteur savait ce que personne ne sait.


Mais ce temps qui s’étire, Robin l’occupe aussi avec une rétrospective de son existence. Il était un père, un mari et un fils. Il était également un écrivain. Ses souvenirs sont entrecoupés par des passages de son dernier manuscrit, ce roman très personnel qui révèle tout sur la vie de ses proches : l’amour, les dysfonctionnements, les erreurs, etc.


Certains passages de Stayin Alive sont remplis d’émotion. Je pense que les mots utilisés ne sont pas étrangers à cela. J’ai été très sensible au style de l’auteur : il joue avec les mots, il utilise métaphores et oxymores, les phrases sont belles et l’imagination fait le reste. Christian Moguerou s’est amusé avec la langue française et cela m’a plu.

 

Conclusion

 

C’est un livre qui ne s’explique pas. Vous allez l’adorer ou le détester, mais il ne vous laissera pas indifférent. Que ce soit le côté fantastique ou les tournures, de phrases, cela provoquera une réaction en vous quelle qu’elle soit. Ce n’est pas un roman en demi-mesure. En ce qui me concerne, je l’ai adoré.

 

Je remercie sincèrement les Éditions Erick Bonnier pour ce service presse.