IMG_3268

 

Entre deux mondes

Olivier Norek

Éditions Michel Lafon

 

Quatrième de couverture

 

Ce polar est monstrueusement humain, " forcément " humain : il n'y a pas les bons d'un côté et les méchants de l'autre, il y a juste des peurs réciproques qui ne demandent qu'à être apaisées.

 

Bouleversant


Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l'attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir.
Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu'il découvre, en revanche, c'est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n'ose mettre les pieds.
Un assassin va profiter de cette situation.
Dès le premier crime, Adam décide d'intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il est flic, et que face à l'espoir qui s'amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou.

 

Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu'elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d'ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger.

 

Mon avis

 

Heureusement que j’ai une autre lecture en cours, dans un autre genre littéraire, qui me plaît beaucoup, car je n’aurais pas réussi à commencer un nouveau livre.

 

C’est un roman qui prend aux tripes, il est d’un réalisme bouleversant. Il s’agit d’humanité. Dès le début, la gorge est serrée, Olivier Norek raconte le destin d’une famille qui fuit la Syrie, il décrit les raisons qui provoquent cet exode et les conditions d’une traversée, avec ses risques et ses drames humains.

 

Olivier Norek dépeint aussi le travail de ces policiers, qui sont obligés de déshumaniser les migrants pour supporter de ne rien faire dans un sens ou dans un autre : ne pas intervenir dans la Jungle et ne pas aider, fermer les yeux…

 

Il dit aussi les répercussions de la Jungle de Calais sur les habitants et l’économie de la ville. Il explique l’impasse dans laquelle les forces de l’ordre se trouvent : si elles n’empêchent pas les migrants de rejoindre l’Angleterre, la situation sera encore pire pour les Calaisiens. Les policiers sont pris dans une schizophrénie : la France ne veut pas accueillir ces migrants et ne les laisse pas rejoindre le Royaume-Uni.

 

Ce livre est un bel hommage à la Police et aux associations humanitaires. Je fais partie de ces personnes qui aiment nos « flics ». La réalité que nous livre Olivier Norek me fait mal pour ces hommes et femmes dont la mission est de nous protéger. Ils sont désemparés, à bout, sans possibilité de partir. Mais ils me donnent espoir en l’Homme.

 

Olivier Norek a vécu, plusieurs semaines, à l’intérieur du camp. Il révèle ce monde qui s’est construit, sans que la Police y entre. Il montre la solidarité qui peut y régner, mais aussi, les horreurs qui y sont commises et certains dangers pour nous, civils. En fait, le monde décrit par l’auteur n’est pas blanc ou noir, c’est la réalité.

 

Entre deux mondes est une prise de conscience d’une situation, mais aussi d’un manque de solutions. Ce sont les peurs de chacun, fondées, de part et d’autre. L’auteur ne prend pas parti, il raconte ce qu’est la vie dans la Jungle, le travail des Forces de l’Ordre et des renseignements généraux et le quotidien des Calaisiens.

 

Adam, militaire syrien, recherche sa femme et sa fille, parties avant lui. Sa route croisera celle d’un enfant qui a fui les horreurs de son pays, ainsi que celle de Bastien, un lieutenant de Police qui vient de prendre ses fonctions au commissariat de Calais.

 

Conclusion

 

J’ai été bouleversée, j’ai frémi d’horreur, j’ai eu froid dans le dos, j’ai pleuré, et je me suis senti désemparée par l’impossibilité actuelle de concilier la raison et l’humain. C’est un livre qui prend aux tripes.

 

Entre deux mondes est un gros coup de cœur.