IMG_3275

 

Les fleurs du repentir

Tamara McKinley

Éditions de l’Archipel

 

Quatrième de couverture

 

Cela fait longtemps que Claire a quitté les terres hostiles et désolées du domaine où elle a grandi pour poursuivre ses études et sa carrière de vétérinaire à Sydney.
Mais quand elle reçoit l’invitation de sa grand-tante Aurelia à une réunion de famille, Claire est ramenée à son passé. Elle qui était partie après une violente dispute avec les siens…
Bien qu’à contrecœur, Claire rejoint l’arrière-pays australien. Mais comment va réagir sa mère, Ellie, qu’elle n’a pas revue depuis cinq ans ? Et Leanne, sa sœur, lui battra-t-elle toujours froid ?
En renouant avec ce passé, ce sont autant de rancœurs qui remontent à la surface, mais aussi des secrets qui surgissent. Et expliquent beaucoup de choses…
Comme à son habitude, Tamara McKinley brosse le portrait de femmes courageuses. Trois générations de battantes, qui chacune à leur manière ont dû lutter contre l’adversité pour gagner leur indépendance.

 

Mon avis

 

Après cinq ans de froid avec sa famille, Claire rentre au domaine familial. Sa tante lui a demandé de venir, en lui promettant toutes les réponses aux questions qu’elle se pose. Les secrets vont enfin être dévoilés.

 

Tamara McKinley entremêle le récit de trois femmes : Aurélia, Ellie et Claire. C’est l’histoire de trois générations. Chaque femme raconte un événement et une autre prend la suite. Je n’ai jamais été perdue car l’enchaînement est harmonieux.

 

J’ai mis un peu plus de temps à entrer dans l’histoire que dans les autres livres de Tamara McKinley. Pendant un moment, j’ai pensé que j’allais moins aimer Les fleurs du repentir que les autres ouvrages de l’auteure. C’était sans compter sur le talent de cette dernière car j’ai adoré.

 

L’ambiance du bush australien est particulièrement bien rendue. J’ai eu la sensation de vivre dans ces grandes étendues de sable. J’ai eu l’impression de ressentir la vie dans ce climat difficile, de comprendre le travail avec les animaux.

 

Les fleurs du repentir, c’est l’histoire de trois femmes fortes. Aurelia, la grande tante, une femme de poigne, un caractère résistant aux épreuves, avec un cœur immense et un caractère un peu bourru. Ellie, sa nièce, la mère de Claire et Leanne, a vécu beaucoup d’épreuves. Elle aussi est très courageuse. Elle a un tempérament plein de vivacité. Quant à Claire, elle est en quête de réponses. Elle a besoin, pour se construire, de connaître les secrets qui entourent sa famille.

 

Une partie de l’histoire se passe pendant la Seconde Guerre mondiale. J’ai beaucoup aimé la façon dont Tamara McKinley traite les répercussions sur les Australiens : les hommes qui sont partis à la guerre, les femmes qui ont dû faire survivre les domaines. L’auteure montre que la présence des Japonais dans le conflit mondial a eu un fort impact sur l’Australie.

 

Comme Claire, j’étais impatiente de connaître l’histoire de cette famille, à laquelle je me suis beaucoup attachée. De nombreux rebondissements égrènent le récit, les secrets sont dévoilés au fur et à mesure : dès qu’un pan se révèle, il soulève d’autres interrogations. Plusieurs décennies d’une vie comportent leur lot de drames, de bonheur, de rencontres, etc. Tamara McKinley nous livre, avec délicatesse, les évènements que ces femmes ont vécus et de quelle manière, ils agissent sur la vie des générations suivantes.

 

Les personnages sont nombreux et leur profil est très bien détaillé. Autour de ces femmes gravitent beaucoup d’hommes et certains sont très attachants. Connaître la personnalité de chacun m’a permis de faire partie de l’histoire.

 

Conclusion

 

Les fleurs du repentir est une histoire de femmes sur trois générations. Elle comporte des drames, du bonheur, des sentiments, etc. Je ne suis pas entrée immédiatement dans l’histoire, mais ensuite, j’ai été emportée par la vie de ces trois femmes battantes. Les secrets sont nombreux, leur révélation se fait par étapes, ce qui m’a tenue en haleine. Je me suis énormément attachée aux personnages. J’ai aimé que le contexte historique et le climat géographique s’imbriquent parfaitement dans l’histoire. J’ai adoré Les fleurs du repentir.

 

Je remercie sincèrement Mylène des Éditions de l’Archipel pour ce service presse.