56F2F4D0-39EB-49EE-B140-4361210A8D76

 

 Le supplément d’âme

Matthieu Biasotto

Éditions Bragelonne


Quatrième de couverture

 

Tout le monde a droit à une seconde chance. Saurez-vous la saisir ?

 

Mon existence s’est arrêtée brutalement et la mort ne me veut pas. Je ne peux pas revenir. Je ne veux pas mourir. Pas pour l’instant. Pas avant de comprendre ce que je suis. Ce que j’ai fait. Ce que mes proches ont comploté, dit ou pensé. Pas avant d’avoir saisi le sens de ma vie. Je dois découvrir ce qui s’est passé, savoir comment j’en suis arrivé là. Avant que l’on vienne me débrancher.

 

Victime d’un accident de moto, Thomas se trouve de l’autre côté de la réalité, coincé entre la vie et la mort, dans le « supplément d’âme ». Que s’est-il passé ?

 

Spectateur d’un présent qui lui échappe, il se laisse guider par un enfant qui brosse de lui le portrait peu flatteur d’un patron odieux, amant superficiel, mari méprisable et père absent. Un mec détestable en tout point, mais qu’on apprend pourtant à aimer. Parce que ça pourrait être toi, ça pourrait être moi. On est tous un peu comme lui, au fond.

 

Si on explore les raisons qui ont conduit Thomas où il en est, on touche du doigt le rêve brisé d’un enfant qui n’a pas su se faire entendre. Le gamin qui l’accompagne entre la vie et la mort est cet enfant intérieur. Il lui offre une chance de vivre enfin la vie qu’il souhaite. Saura-t-il la saisir ?

 

Thomas est à l’hôpital, sous assistance respiratoire. Les médecins s’apprêtent à le débrancher. Mais il commence à comprendre : ses actes, ses choix l’ont conduit où il en est, ils ont même provoqué l’accident dont il a été victime. Quel homme, s’il revient, reviendra du « supplément d’âme » ?

 

Addictif, troublant, émotionnel et puissant, Le Supplément d’âme peut changer votre vie.


Mon avis

 

Au sujet Matthieu Biasotto, je connaissais les superbes couvertures qu’il a créées pour des auteurs auto-édités. Je pense, en particulier, à deux de mes coups de cœur : Liberté je dessine ton visage de Olivier Tarassot et Le fil d’argent de Rebecca Greenberg. (Cliquez sur les titres pour lire mes chroniques 😉). Cependant, je ne connaissais pas ses livres même si je voyais souvent des publications sur ces derniers.

 

J’ai pris une claque en lisant Le supplément d’âme. Tout d’abord, l’histoire est incroyablement ficelée, le rythme et le suspense sont prenants. Les phrases courtes font que notre attention ne faiblit pas et que nous souhaitons connaître l’élément suivant.

 

Thomas se retrouve spectateur de son passé, il revit ses erreurs et certains de ses comportements qui m’ont fait lui en vouloir, sans le détester complètement. Il découvre qu’il est passé à côté de sa vie et qu’il a fait souffrir ceux qui l’aiment. Par moments, j’ai eu très mal pour son fils. Ce petit bonhomme m’a énormément émue. Les blessures provoquées par les absences de son papa, même lorsqu’il est là physiquement, m’ont serré le cœur. Ce petit Maël montre qu’un enfant continue à espérer, malgré les déceptions. Il témoigne que nos préoccupations d’adulte peuvent nous faire passer à côté de l’essentiel et produire des meurtrissures irrémédiables à ceux qui nous sont chers.

 

Les révélations sur le passé de Thomas m’ont tenue en haleine. J’ai voulu comprendre cet homme dans son ensemble et je n’ai pas été déçue. Ce portrait permet de comprendre qui est cet homme. On apprend quel enfant, père, mari, et patron, il a été. J’ai eu la sensation d’être prise dans un engrenage au côté de Thomas. Même si l’auteur n’est pas tendre avec son personnage principal et dresse un tableau de lui peu reluisant, on s’attache à Thomas et on a envie de lui trouver des circonstances atténuantes. Un passage concernant ses rêves d’enfant m’a tiré des larmes et m’a révoltée.

 

Le supplément d’âme pousse à l’introspection. Il fait réfléchir à certains de nos actes qui, sur le moment, peuvent paraître sans conséquence, alors qu’ils peuvent blesser nos proches. Il renvoie aussi à nos traumatismes ou déceptions d’enfance, à ces événements qui ont pu passer inaperçus et qui ont, pourtant, laissé des traces. Mais aussi, il confirme, par opposition aux comportements de certains adultes de ce livre, que nous sommes dans le vrai. Il nous fait, aussi, prendre conscience de nos bonheurs. En fonction du vécu et de la personnalité de chacun, ces réflexions porteront sur des passages différents. C’est un roman qui ramène à l’essentiel. Ce roman est vraiment représentatif que chaque lecteur a sa propre grille de lecture, selon ses valeurs, ses priorités et son vécu.

 

Vous l’aurez compris, j’ai adoré Le supplément d’âme.

 

Je remercie sincèrement les Editions Bragelonne et NetGalley pour ce service presse.


#LeSupplémentDâme #NetGalleyFrance #MatthieuBiasotto #EditionsBragelonne