F97BA7E2-2138-4A5F-B441-042B1A147770

  

Château de femmes

Jessica Shattuck

Éditions JC Lattès

 

Quatrième de couverture

 

La Seconde Guerre mondiale vient de s’achever et, dans un château de Bavière en ruines qui accueillait autrefois la haute société allemande, on suit l’histoire puissante de ces trois veuves de résistants allemands dont la vie et le destin s’entrecroisent.

 

Au milieu des cendres de la défaite de l’Allemagne nazie, dans l’immédiat après-guerre, Marianne von Lingenfels revient dans le château, autrefois grandiose, des ancêtres de son époux, une imposante forteresse de pierre désormais à l’abandon. Veuve d’un résistant pendu à la suite de l’assassinat raté de Hitler, le 20 juillet 1944, Marianne a bien l’intention de tenir la promesse faite aux courageux conspirateurs dont son mari faisait partie : retrouver et protéger leurs enfants et leurs femmes, devenues comme elle des veuves de résistants.

 

En rassemblant cette famille de bric et de broc, Marianne croit que les chagrins partagés vont les souder. Mais elle s’aperçoit rapidement que ce monde en noir et blanc, plein de principes est devenu infiniment plus complexe et alourdi de sombres secrets qui menacent de les déchirer. Ces trois femmes se retrouvent finalement confrontées aux choix qui ont défini leurs vies avant, pendant et après la guerre, avec de nouveaux défis à relever.

 

Mon résumé

 

L’histoire commence pendant la nuit de cristal. Lors d’une fête dans un château en Bavière, des Résistants allemands s’entretiennent dans un bureau. L’épouse d’un d’entre eux, Marianne von Lingenfels, une femme moderne souhaite prendre part au complot qui se prépare : l’assassinat d’Hitler. Elle a la sensation d’être écartée quand lui est confiée la mission de retrouver les veuves des Résistants, si le projet échoue. Comme le dit l’Histoire, cet attentat est un échec et les conspirateurs sont exécutés. A la fin de la guerre, Marianne met toutes ses forces pour tenir sa promesse.

 

La jeune veuve parvient à délivrer, Benita, l’épouse de son meilleur ami, Connie. Elle retrouve Martin, l’enfant du couple. Puis, Ania les rejoint, accompagnée de ses deux enfants.

 

Mon avis

 

Ces trois femmes, chacune avec son passé et ses aspirations, ne se projettent pas dans l’avenir de la même façon.

 

L’une a des valeurs très fortes, elle est très engagée, ses opinions sont très tranchées. Cela se comprend, les horreurs du nazisme sont connues, et elle s’est impliquée très tôt dans le combat. Malheureusement, son devoir de mémoire va jusqu’à l’intransigeance et provoque des tragédies. Cela m’a poussée à la réflexion, car j’aurais tendance à penser comme elle, mais ce roman démontre que les faits ne sont pas toujours blancs ou noirs. Après la guerre, il y a eu une volonté de condamner. Cependant, les actes commis pendant cette période horrible, révèlent-ils ce que la personne est intrinsèquement ? Le besoin de justice tient-il compte des circonstances ? La personne a-t-elle eu le choix ?

 

La deuxième femme aimerait avoir le droit à une nouvelle vie. Elle est l’incarnation d’une ambivalence dans cette période trouble du nazisme et de l’après-guerre.

 

La dernière semble cacher un lourd secret qui est révélé au fil de l’histoire.

 

Ces trois femmes cohabitent alors que les Russes avancent vers l’Allemagne…

 

J’ai eu un coup de cœur pour ce livre qui raconte la guerre du point de vue des Allemands. Il rend hommage aux Résistants, dévoile que certains Allemands avaient cerné le danger de la montée du nazisme et ont sacrifié leurs vies pour lutter contre cette horrible idéologie. 

 

Château de femmes relate aussi que tous les sympathisants au parti n’ont pas été endoctrinés par conviction, mais parce qu’ils n’ont pas compris, au départ, ce qu’il se passait. L’auteure dit leur prise de conscience, puis la difficulté à supporter cette culpabilité.

 

Jessica Shattuck parle aussi de ceux qui ont adhéré et approuvé ce fléau.

 

Ce roman est l’histoire de trois femmes allemandes, pendant l’après-guerre. Ce sont trois voix différentes, trois visions différentes alors que le monde découvre les camps, les exécutions, les atrocités commises par un peuple. Il couvre la période allant de la montée du nazisme jusqu’à nos jours.

 

Conclusion

 

Château de femmes m’a beaucoup émue. J’ai été passionnée par l’histoire de ces trois femmes. Je me suis attachée à elles. Ma préférence va à Marianne qui est le personnage principal. Elle est le cente de toutes les ramifications et c’est par elle que tous les personnages sont reliés. L’angle de traitement de la Seconde Guerre Mondiale est très intéressant. C’est un tableau très complet de l’Allemagne pendant cette période, mais aussi du poids qui pèse sur les enfants, aussi bien des héros que des nazis.

 

J’ai eu un gros coup de cœur pour ce livre sorti le 31 octobre 2018.

 

Je remercie sincèrement les Éditions JC Lattès et Netgalley pour ce service presse.

#chateaudefemmes #NetGalleyFrance