6373BDD3-1805-41FC-A401-CD2624B723D9

 

 La passagère

Chantal Forêt

Éditions Marivole

 

Quatrième de couverture

 

Camarades d’enfance, Catherine et Daniel se sont perdus de vue depuis plus de trente ans quand ils se retrouvent en tête-à-tête dans un bar de Moulins où ils ont rendez-vous.

Il n’a jamais quitté sa région natale, elle est revenue s’y installer depuis peu ; lui, a élevé seul sa fille après l’abandon de sa femme, elle a perdu son mari dans un accident et n’a qu’un grand fils resté vivre à Paris. Il n’a jamais oublié Catherine, son premier amour, elle se souvient à peine de lui, mais leur commune solitude les rapproche.

 

Malgré ses réticences, Catherine se laisse peu à peu enfermer dans une troublante relation amoureuse qu’elle n’ose rompre. Sous le regard inquiet de leur entourage, une nouvelle vie se dessine, une dernière chance d’aimer, peut-être… Un bonheur possible.

 

Mais qui retrouve-t-on après tant d’années ? Que reste-t-il de ce qu’ils ont été ? Qu’est-ce que le temps, la vie a fait d’eux ? Pourquoi Daniel mène-t-il une existence si solitaire ? De quoi Catherine a-t-elle peur ? Froide et mystérieuse, elle semble surgie de nulle part et garde le silence sur les épreuves qu’elle a vécues, tandis qu’autour de Daniel bruisse encore la vilaine rumeur concernant la disparition de sa femme une vingtaine d’années plus tôt. Et si ces retrouvailles n’étaient qu’un piège, une boîte de Pandore qu’il faudrait se garder d’ouvrir ?
De secrets enfouis en blessures mal cicatrisées, leur passé les poursuit.
Mieux vaudrait ne jamais se retourner.

 

Mon avis

 

Catherine a perdu son mari dans un accident. La femme de Daniel l’a abandonné, le laissant seul avec leur fille. Ils se retrouvent par le biais d’un site de recherche d’anciens amis.

 

L’homme, qui ne correspond en rien à l’idéal masculin de Catherine, ne l’a jamais oubliée. Son ancienne amie est fragilisée par sa solitude. Alors qu’une idylle naît entre eux, Catherine ne semble pas s’investir, comme si elle ne souhaitait pas cette relation, mais n’arrivait pas à l’exprimer. J’ai eu l’impression qu’elle se laissait porter.

 

Tous les deux sont très différents, ils n’ont pas les mêmes attentes, leurs personnalités sont opposées. Mais tous les deux semblent porter un lourd passé. Se reconnaissent-ils en l’autre ?

 

Dans une ambiance tendue, leur histoire se construit, malgré les réticences de leurs entourages respectifs, mais aussi celles du lecteur. Plusieurs fois, je me suis interrogée sur les raisons qui poussaient Catherine dans les bras de cet homme rustre. Puis, alors que je tremblais pour elle, Daniel éveillait mon empathie. J’ai eu l’impression d’une boucle, avec plusieurs entrées possibles. Comme chez les protagonistes, l’amour et la haine se disputaient en moi. La méfiance et la confiance effectuaient une valse à deux temps.

 

Dans ce roman au climat parfois pesant, le mystère est un personnage à part entière. Le passé des deux personnages principaux est opaque, lourd de secrets. J’ai eu peur d’en savoir plus, puis l’auteure montrait une éclaircie qui me faisait me méfier de mes soupçons. L’auteure fait vivre une alternance d’atmosphère qui finit par faire douter le lecteur.

 

La fin m’a fascinée. C’est une fin comme je les aime, une qui me fait écarquiller les yeux et à laquelle je ne m’attends pas et qui fait que je retrace l’histoire dans ma tête, pour vérifier si des signes auraient pu m’aiguiller.

 

Le tout est enrobé d’une écriture puissante et poétique qui crée un suspense psychologique très fort.

 

Conclusion

 

J’ai adoré ce roman psychologique, à l’atmosphère tendue, servi par une écriture superbe.

 

Je remercie Christophe des Éditions Marivole pour ce service presse.