E4B8B916-3B59-4B4E-962B-5635C367FDF6

  

La rousse qui croyait au Père Noël a 29 ans

Suzanne Marty

Auto-éditée

 

Présentation

 

Cendrelle est responsable de la parfumerie du Grand Bazar de Paris et célibataire par intermittence depuis cinq ans. Le 1er janvier 2000, elle prend deux décisions :

 

1) arrêter les histoires foireuses ;

2) faire une folie.

 

Car est-il raisonnable à 29 ans de ne plus croire au père Noël ?

 

Mon avis

 

Lorsque Suzanne Marty m’a proposé un partenariat pour La rousse qui croyait au Père Noël a 29 ans, je me suis empressée d’accepter. J’avais passé un formidable moment avec le premier opus qui m’avait fait beaucoup rire. Recevoir un service presse de Suzanne Marty est un moment fort. Elle a de petites attentions qui sont très touchantes.

 

Cette série remontant dans le temps, ce tome se passe 10 ans avant le précédent et pourrait donc être lu comme un tome 1. C’est pourquoi l’auteure présente cette série comme « réversible ». Le premier tome a d’ailleurs été rebaptisé La rousse qui croyait au père Noël a 39 ans, suite à la sortie du tome 2. Que vous lisiez les livres dans l’ordre de la sortie ou de manière chronologique, vous ne serez pas perdus. Je pense que le plaisir doit être différent mais aussi fort dans les deux cas.

 

Alors que le premier livre comportait 132 pages, le deuxième en contient 372 pages. A la fin de ma lecture, l’adage « plus de pages, plus de plaisir » n’a jamais été aussi vrai. L’humour tient toujours une grande part, mais il se marie à beaucoup plus de profondeur. Cendrelle, qui ne fait encore pas appeler Flamme, m’a énormément touchée. Pour moi, ce tome est d’une très grande sensibilité.

 

Le soir de Noël 1999, Cendrelle prend la décision de faire quelque chose pour elle, en dehors de son travail très prenant. Elle s’inscrit alors à un cours de théâtre, au cours Florent. Elle qui manque de confiance en elle, s’épanouit énormément dans cet art. Elle s’écoute enfin et devient attentive à ses souhaits. Suzanne Marty dépeint très bien l’évolution de la personnalité de la jeune femme et le cheminement qui se fait en elle, cette envie de vivre pour elle qui grandit. Elle montre ses hésitations, ses freins, ses doutes, mais aussi ses rêves et ses désirs. Elle décrit la réaction de son entourage qui doit composer avec une Cendrelle qui arrive à un tournant dans sa vie.

 

L’héroïne est tellement bien ancrée dans son époque et dans sa tranche d’âge, que Cendrelle, c’est moi, c’est vous (ou votre sœur, votre amie, etc.). Son portrait est juste, son comportement est cohérent et ses aspirations vous renvoient aux vôtres. Je me suis sentie extrêmement proche d’elle, tant elle est authentique. J’ai adoré les références à la vie dans les années 2000, sans certains objets qui font, maintenant, partie du quotidien, et avec des appareils qui ne sont plus utilisés en 2018. Cette plongée dans les souvenirs était réjouissante. J’ai pris plaisir à me remémorer certaines situations cocasses de l’époque grâce à la voix de Cendrelle.

 

La rousse qui croyait au Père Noël a 29 ans est un mélange d’humour et de sensibilité. J’ai ri, j’ai été touchée. Ma fille, qui commence à douter de l’existence du Père Noël, n’a pas eu l’occasion de remarquer la couverture : j’ai dévoré ce roman en très peu de temps, tant j’ai adoré l’histoire, contée de façon très dynamique, de Cendrelle.

 

Je remercie sincèrement Suzanne Marty pour sa confiance. Je vous invite à visiter son blog, que je trouve très sympa, en cliquant ici.

 

La série

 

Tome 1 : Flamme a 39 ans (cliquez ici pour lire ma chronique)

Tome 2 : Cendrelle – qui ne s’appelle pas encore Flamme – a 29 ans

 

À venirTome 3 : Cendrelle aura 19 ans 

Tome 4 : Cendrelle-Flamme aura (en principe) 40 ans, ce qui conclura la série.

4BB39B6C-6B54-4772-9C7F-8A4DC3DD0EF8