CA91DBA8-8BB5-4094-AEB9-9BEB521B1AC8

 

Une douce odeur de pluie

Jojo Moyes

Éditions Milady

 

Quatrième de couverture

 

Le récit inoubliable de trois générations de femmes irlandaises face aux réalités de l’amour, du devoir et du lien exceptionnel qui unit les mères à leurs filles.


Lorsque Kate fuit son Irlande natale afin d’échapper aux tensions familiales, elle se fait une promesse, celle de toujours être une amie pour son enfant. Quinze ans plus tard, l’histoire semble pourtant se répéter : un gouffre immense s’est creusé entre Kate et sa fille Sabine. L’adolescente quitte Londres pour se rendre chez Edward et Joy, les grands-parents qu’elle connaît à peine.


Marquée par sa séparation douloureuse avec Kate, Joy se réjouit à l’idée de passer du temps avec sa petite-fille mais la réticence de cette dernière s’avère très vite décourageante. Bientôt, la curiosité de Sabine fait resurgir un secret de famille longtemps enfoui, et Joy doit enfin confronter son passé. Après tout, il est peut-être temps de guérir de vieilles blessures…

 

Mon avis

 

Avant de lire Une douce odeur de pluie, je ne savais pas que c’était une réédition du premier roman de Jojo Moyes. Il est déjà paru, en 2003, avec le titre Sous la pluie. Heureusement, je ne l’avais pas lu.

 

Depuis de nombreuses années, Kate n’a plus de lien avec ses parents. Or, alors qu’elle se sépare de son conjoint, elle décide d’envoyer sa fille, Sabine, chez eux, en Irlande, à la campagne. Pour l’adolescente londonienne, l’adaptation est très difficile, dans la vieille maison d’enfance de sa mère. Ses grands-parents ont des règles très strictes, il n’y a pas d’accès aux nouvelles technologies, et on ne peut pas dire qu’elle ait reçu un accueil très chaleureux.

 

Pendant que sa mère se débat avec ses histoires d’amour, l’adolescente se découvre et pour s’occuper, explore l’histoire de cette famille qu’elle ne connaît quasiment pas.

 

Avec une alternance d’époque, Jojo Moyes raconte la vie de trois générations de femmes. L’histoire commence lors du couronnement de la reine Elizabeth II, en 1953. Ce soir-là, Joy et Edward, les parents de Kate se rencontrent. Joy est une jeune fille qui a du mal avec les règles de la société anglo-saxonne expatriée, à Hong-Kong, où elle vit avec sa famille.

 

Son caractère impétueux n’est pas sans rappeler celui de Sabine. Aussi, comment est-elle devenue cette femme si austère et si rigide ?

 

Une fois n’est pas coutume, j’ai préféré les passages se passant de nos jours. Je les ai trouvés plus dynamiques et plus vivants. Ils contenaient aussi plus de mystère. J’ai aimé le caractère entier de l’adolescente qui ne renie pas ses convictions et qui évolue d’une jolie façon. J’ai ressenti une lenteur dans les parties se déroulant dans les années 50.

 

Ce livre dépeint la complexité des relations mère-fille et les difficultés de communication entre générations. Il montre également les différences entre des êtres du même sang. Tout oppose Sabine et ses grands-parents : mode de vie, opinions, etc. Jojo Moyes raconte également de quelle manière un secret de famille se répercute sur les générations futures, et que sa révélation peut modifier des relations remplies d’amertume. L’auteure parle de respect et d’écoute de l’autre, à travers ces trois femmes qui ne se comprennent pas.

 

Conclusion

 

Bien qu´ Une douce odeur de pluie ne soit pas mon roman préféré de Jojo Moyes, j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire. Trois femmes racontent leur vision de l’histoire familiale et les trois voix finissent par se recouper. C’est un joli livre qui m’a fait passer un moment très agréable.

 

Je remercie sincèrement les Éditions Milady et Netgalley pour ce service presse.

 

#Unedouceodeurdepluie #JojoMoyes #NetGalleyFrance #EditionsMilady