294D0F4F-0997-42B8-9A0D-A9ABF4F66C62

  

La main gauche du diable

Samuel Fessard

Librinova

 

Quatrième de couverture

 

Au poste de police de Salem, l’inspecteur Adam Kelvin reçoit les mains tranchées de femmes signalées disparues. Un point commun les unit, elles habitent toutes le village de Danvers.
Seule une des victimes est retrouvée, dévêtue et partiellement brûlée sur un bûcher, en présence du principal suspect, Miles Robert. Lors de son arrestation, son comportement et ses propos mettant en cause le Diable nécessitent son internement psychiatrique.


Fait troublant, juste avant de décéder, la suppliciée donne une version similaire.
Tous ces éléments conduisent la police à faire un rapprochement avec le procès des sorcières de 1692.

 

Cette enquête conduira l’inspecteur Kelvin en eaux troubles.

 

Soyez prêts à naviguer dans une trame des plus noires, composée de sombres secrets de famille.

 

Mon avis

 

Les ressentis ne s’expliquent pas.

 

La main gauche du diable n’est pas exempt de défauts : il y a certaines fautes d’orthographe et quelques erreurs de syntaxe, des phrases un peu convenues, des dialogues un peu formatés.

 

Et pourtant… pourtant, j’étais prise dans l’histoire. J’ai eu peur, j’ai voulu savoir. Samuel Fessard a réussi à m’accrocher avec le suspense. J’ai supputé, j’ai cherché la clé de l’énigme, et je n’ai absolument pas deviné qui était le diable.

 

J’avoue avoir ressenti de l’angoisse, par moments. Mon esprit cartésien n’arrivait pas à trouver d’explications aux phénomènes décrits dans l’histoire. Presque toutes les réponses sont à la fin du livre, et là, chapeau, car j’étais loin de la vérité.

 

Des rebondissements, des informations distillées, ont fait que je n’arrivais pas à lâcher La main gauche du diable jusqu’au dénouement.

 

J’avoue être déstabilisée par la fin. Je l’ai comprise de deux façons et je n’ai pas su choisir. Cependant, les deux sont surprenantes. C’est un final réussi.

 

Conclusion

 

Bien que certains éléments, que je cite au début de ma chronique, m’aient un peu dérangée, j’ai lu avec avidité La main gauche du diable. Le suspense et une enquête perturbante m'ont fait dévorer ce thriller.

 

 Je remercie sincèrement Anaïs, des Éditions Librinova, pour ce service presse.