A19E7B45-B5ED-441B-9629-6D60C8E3E457

 

 Le ciel de Darjeeling

Nicole Vosseler

Éditions de l’Archipel

 

Quatrième de couverture

 

Des côtes de Cornouailles
jusqu'aux contreforts de l'Himalaya



Cornouailles, 1876. Après la mort de son père, Helena, 16 ans, se retrouve dans la misère. Un jour, un inconnu lui fait une offre. Aussi riche que séduisant, Ian Neville lui propose de l’épouser et d’assurer l’éducation de son jeune frère. Mais il y met une condition : qu’elle accepte de le suivre en Inde, où il gère une vaste plantation de thé au pied de l’Himalaya.

 

En se donnant à son mystérieux bienfaiteur, la jeune femme a conscience de faire un saut dans l’inconnu. Mais l’espoir de ne manquer de rien, le cadre de vie somptueux de Darjeeling et le charme de son époux ont raison de ses réticences.

 

Jusqu’au jour où, Ian étant en voyage, Helena reçoit la visite d’un homme qu’elle avait rencontré lors d’un bal en Angleterre. Leurs retrouvailles éveillent en elle des questions sur le passé de Ian, dont celui-ci n’a jamais rien voulu lui dire. Pourquoi ignore-t-elle tout de son ascendance ? Cessera-t-il un jour d’être un étranger à ses yeux ?

 

Un voyage initiatique et sensuel aux confins de l’Inde millénaire.

 

Ma présentation

 

A la mort de son père, Helena est sans argent. Elle a seize ans et vit dans les Cornouailles, avec son jeune frère Jason. Un inconnu, Ian Neville lui propose de l’épouser, à la condition qu’elle vienne vivre en Inde. Alors qu’Helena refuse, elle se retrouve acculée par les dettes et n’a plus d’autre choix que d’accepter.

 

Ian semble porter beaucoup de secrets. Son caractère est ombrageux, par moments. Une parole d’Helena met parfois le feu aux poudres. La jeune fille n’est pas satisfaite de ce mariage arrangé et le fait savoir. Les deux époux arriveront-ils à se comprendre et à vivre ensemble ?

 

Mon avis

 

Le livre est divisé en trois parties.

 

La première est consacrée à l’enfance d’Helena, puis à son union avec Ian, et enfin à leur voyage de Cornouailles jusqu’en Inde ainsi qu’à leur installation.

 

Les descriptions de l’Inde sont magnifiques et la plume de Nicole Vosseler est sublime. J’ai eu la sensation d’être dans un conte des mille et une nuits. L’auteure dépeint avec sensualité et sensibilité les traditions, les croyances, et le contexte historique. Paradoxalement, même si ces descriptions sont de toute beauté, j’avais la sensation que cela cassait le rythme. J’étais séduite par ce que je lisais, mais je ne m’évadais pas autant que je le souhaitais. Dans cette première phase, Ian et Helena se découvrent. Plus j’avançais dans ma lecture, plus je me posais des questions, je ne savais pas où l’auteure m’emmenait. Ian est un homme très mystérieux et son passé me semblait très trouble. J’avais envie de comprendre et les passages le concernant me fascinaient.

 

Jusqu’au jour où Richard Carter arrive en Inde. Il propose à Helena de s’enfuir avec lui.

 

Mohan demande à la jeune épouse d’écouter une histoire avant de prendre sa décision. Je ne vous ai encore pas parlé de cet homme qui est le serviteur d’Ian. Il est très proche de lui. J’ai adoré ce personnage tout en lumière. Lorsque le caractère d’Ian devient noir, Mohan apporte la paix.

 

Dans la deuxième partie, par la voix de Mohan, nous découvrons ce qu’il s’est passé, trente ans avant. C’est la vie des parents d’Ian qui nous est contée. Cela permet de comprendre l’homme qu’il est devenu, quelles sont les raisons de ses cicatrices émotionnelles. Le rythme s’accélère et devient haletant. Nicole Vosseler relate les insurrections, en Inde, contre la domination britannique. Le récit est vivant et très riche. J’ai été passionnée par la part historique et les répercussions sur la vie de la famille d’Ian. Toutes les questions ont trouvé leurs réponses.

 

Enfin, dans la dernière partie, le passé et le présent se rejoignent. Ma pensée a été que le livre prenait tout son sens et que je l’avais adoré.

 

Dans ce roman, les personnages sont très nuancés. Avant de connaître le passé de chacun, il est difficile de savoir si on aime la personne ou non. Cela rajoute du piment à l’intrigue et c’est vraiment à la fin, avec tous les éléments, qu’il est possible de se faire une opinion. J’ai énormément aimé ce sentiment de ne pas savoir lire dans les protagonistes sans connaître leurs actes. Cela donne un grand réalisme à l’histoire.

 

Conclusion

 

Le ciel de Darjeeling est une très belle saga qui m’a paru lente, au départ, mais qui au final m’a emportée entièrement. Les descriptions, même si elles ralentissent le rythme, sont captivantes. Le contexte historique est d’une grande richesse. Les hommes sont les personnages principaux de ce roman et ils sont fascinants. L’intrigue est très mystérieuse et lorsque tous les secrets sont révélés, l’histoire prend tout son sens. Ce livre commence doucement, le rythme augmente au fil des pages, et termine par un final électrisant.

 

En bref, j’ai adoré Le ciel de Darjeeling.

 

Je remercie sincèrement Mylène des Éditions de l’Archipel pour ce service presse.