FE645E6D-4881-4308-8F6D-2BF6F2FBAE43

 

A faire voler nos âmes

Victoire Sentenac

Auto-éditée

 

Quatrième de couverture

 

Julia est infirmière puéricultrice, son mari Paul instituteur. Tous deux sont passionnés par leur métier auprès des enfants, mais ils ne parviennent pas à devenir parents. Julia n’accepte pas cette cruauté du destin. Jusqu’où la conduira ce désir puissant, inassouvi ? Quelles folies risque-t-elle de commettre en son nom ? Paul résistera-t-il à la belle Agathe, dans la tourmente ?

 

C’est aussi la tempête pour Mathieu, médecin renommé, qui voit sa réputation vaciller en même temps que toutes ses certitudes.

 

Quant à Clémence, jeune infirmière séduisante, qui est-elle vraiment ? Le sait-elle seulement ?
Sur fond de toile hospitalier et très actuel, leurs destins vont s’entremêler, leurs vies basculer. Pour le meilleur ? Ou pour le pire ?

 

Mon avis

 

Après dix ans de tentatives pour avoir un enfant, Julia et Paul vont tenter la FIV de la dernière chance. En effet, la limite d’âge de la prise en charge, fixée par la Sécurité Sociale est 43 ans. Julia s’en approche. Elle est infirmière puéricultrice dans un hôpital. Elle s’entend bien avec sa jeune collègue, Clémence. Cette dernière est amoureuse d’un médecin. Ce n’est pas une situation habituelle pour elle, qui ne veut pas s’attacher. Agathe, récemment divorcée, est la maman de Gabin, un petit garçon turbulent. Elle est habituée à être convoquée, en début d’année, par les enseignants pour parler du comportement de son fils. Mais, cette année, la situation est différente. L’instituteur a un discours positif et bienveillant.

 

Le destin de ces trois femmes est lié. Victoire Sentenac brosse leurs portraits, ainsi que celui de deux hommes, Paul et Mathieu. Ce livre parle d’humains et de sentiments.

 

Le parcours de Pma de Julia et son mari est très réaliste. L’auteure décrit les répercussions de ces épreuves : les traitements, le corps qui se modifie, les sentiments, l’impact sur le couple, la souffrance à chaque cycle, les espoirs déçus mais aussi l’espérance contre laquelle on ne peut pas lutter. Victoire Sentenac montre aussi que le ressenti est différent pour l’homme et pour la femme. En raison de mon expérience, j’ai été très sensible à la situation de Julia et j’ai aimé que l’auteure soit si juste dans les émotions et les faits. J’ai été très touchée.

 

Je pense que je me suis beaucoup identifiée à Julia et c’est pour cette raison que j’ai vu la situation de Clémence à travers les yeux de sa collègue. Julia est une bonne amie, elle est pleine d’empathie et a une grande capacité d’écoute. Elle prend la jeune amoureuse sous son aile. Cette dernière vit une très grande déconvenue et dévoile, peu à peu, les raisons de sa manière de voir les hommes. Une personne de son entourage va avoir besoin de son aide. Se montrera-t-elle à la hauteur ?Agathe est seule face aux difficultés qu’elle éprouve avec son fils. Elle l’aime plus que tout mais est désemparée. Aussi, lorsqu’une main se tend vers elle, elle la saisit. Ce portrait montre le regard des autres sur les enfants, mais aussi que la différence est une force. Une scène m’a bouleversée.

 

Autour de ces trois femmes, gravitent deux hommes. Eux aussi dévoilent leurs failles et leurs forces.

 

Dans cette galerie de personnages, tous montrent leurs défauts et leurs qualités, leur bonté et leurs erreurs. Aucun n’est parfait, aucun n’est entièrement bon ou mauvais, ils sont humains. C’est ce qui fait la force de ce livre. Tous vivent des moments de joie et des épreuves. Ils ont tous des choix à faire et ne font pas toujours le bon. Pourtant, on ne les juge pas, on essaie de les comprendre, car ils sont vrais.

 

Conclusion

 

J’ai beaucoup aimé À faire voler nos âmes. C’est un roman juste et vrai, qui m’a beaucoup touchée. Les portraits et les situations vécues par les personnages sont émouvants. Rien n’est noir ou blanc, ce livre parle de la vie, avec ses joies et ses peines. Les attitudes des protagonistes sont réalistes et montrent que nous pouvons tous faire des erreurs.

 

Je remercie sincèrement Victoire Sentenac pour ce service presse.