F72C9960-3D27-4333-A920-F7E1047CE4C1

 

Tout ce que nous allons savoir

Donal Ryan

Éditions Albin Michel

 

Quatrième de couverture

 

« Martin Toppy est le fils d’un homme célèbre chez les gens du voyage et le père de mon enfant à naître. Il a dix-sept ans, j’en ai trente-trois. J’étais son professeur particulier. » C’est sur ces mots que s’ouvre le nouveau roman de Donal Ryan. Melody Shee est enceinte de douze semaines lorsqu’elle entreprend l’écriture d’un journal. Hantée par son mariage toxique avec un homme qui l’a quittée en apprenant la vérité sur l’enfant à naître, par le souvenir d’une mère inaccessible et de l’amie d’enfance qu’elle a trahie, Melody doit faire face seule à ses démons. Jusqu'à ce qu'une jeune femme énigmatique entre dans sa vie… En donnant voix à Melody, Donal Ryan met à nu toute la complexité d’un être à travers le prisme d’une petite ville irlandaise. Ce troublant portrait de femme, qui doit son titre à un magnifique poème de William Butler Yeats, est un roman déchirant sur le mariage et l’adultère, la solitude et l’amitié.

 

« Donal Ryan s’impose comme l’un des plus grands écrivains irlandais d’aujourd’hui et inscrit son héroïne dans la droite lignée d’Emma Bovary et d’Anna Karénine. » The Guardian

 

L’auteur

 

Né en 1976 à Tipperary en Irlande, Donal Ryan a été la révélation des lettres irlandaises en 2013 avec son premier roman, Le Cœur qui tourne (Albin Michel, 2015), élu Meilleur livre de l’année en Irlande, lauréat du Prix de littérature de l’Union européenne et finaliste du Man Booker Prize.Une année dans la vie de Johnsey Cunliffe (Albin Michel, 2017) a peu après confirmé sa consécration auprès des journalistes et des lecteurs. Comparé à William Faulkner et John McGahern, salué par Anne Enright et Sebastian Barry, Donal Ryan est aujourd’hui unanimement reconnu comme l’un des grands noms de la littérature irlandaise contemporaine.

 

Mon avis

 

Melody est enceinte de douze semaines. Le père n’est pas Patrick, son mari, mais Martin Toppy. C’est un jeune homme de dix-sept ans qui fait partie de la communauté des gens du voyage. La jeune femme de trente-trois ans lui donnait des cours particuliers pour lui apprendre à lire.

 

Dans le campement, elle rencontre Mary Crothery, une jeune fille rejetée par sa famille. Ces liens modifient sa vie et sa façon de penser.

 

Mélody raconte sa jeunesse et son mariage. Son récit alterne avec des scènes du présent. De la même manière, mes sentiments, envers elle, ont oscillé. Par moments, je l’ai détestée, et à d’autres, mon empathie s’est éveillée. Les deux émotions, au départ, étaient très tranchées, et au fil du livre, elles se sont mêlées.

 

J’ai ressenti la même ambivalence au sujet de Patrick. Leur amour est grand mais leur relation est destructrice, leurs paroles et leurs actes sont dégradants pour l’autre, ils se font beaucoup de mal. A force de se haïr soi-même, on fait, parfois, porter la faute à celui qui nous ressemble.

 

J’ai ressenti un profond respect pour le père de Melody, qui est un homme très attachant. J’ai aimé le papa qu’il est, qui aime sa fille envers et contre tout.

 

Mary est une jeune fille de dix-neuf ans. Elle est en souffrance et pourtant, elle fait preuve d’une grande maturité. Mais surtout, elle est très attachante, elle est solaire. Il se dégage une pureté d’âme de ce personnage.

 

Chaque chapitre correspond à une semaine de grossesse, jusqu’au post-partum. Les changements psychologiques de Melody se calquent sur ses modifications physiologiques. Elle va pousser très loin son introspection. Elle le fait sans faux-semblants, c’est brut et ça fait mal à lire, par moments. J’ai été bouleversée par un drame concernant Breedie, son amie d’enfance.

 

J’ai énormément aimé les passages contant la vie des gens du voyage, pour qui l’honneur est sacré. Il peut les conduire à renier les leurs et provoquer de grands malheurs.

Le texte est percutant, il fait souffrir, il fait sourire, il met en colère, il attendrit et il malmène. C’est parfois très noir, et parfois très lumineux, mais toujours profond. C’est une histoire de destruction et de rédemption, de passion et de rejet, d’amour et d’amitié. La grossesse est la chrysalide de Melody. La fin est magnifique et émouvante. Elle est surprenante et pourtant, je me suis dit que c’était celle qu’il fallait. J’ai adoré le choix de Donal Ryan.

 

Tout ce que nous allons savoir est un roman puissant. Je l’ai énormément aimé.

 

Je remercie sincèrement Babelio et les Éditions Albin Michel pour ce service presse.

 

9EAA5CA9-A4AE-43F4-BB39-B2204430AE24