98554362-FAE6-4C94-846C-EB285A9A6D06

 

 Son vrai visage

Karin Slaughter

Éditions HarperCollins France

 

Quatrième de couverture

 

Mère. Héroïne. Menteuse. Tueuse ?

 

Le métier de Laura consiste à soigner les troubles de la parole. Dans sa profession, elle est reconnue et admirée. Elle a pourtant plus de difficultés quand il s’agit de faire parler sa fille de trente ans, qui semble collectionner les échecs en tout genre.

 

Il aura suffi qu’elle l’invite au restaurant pour avoir une vraie discussion mère-fille,

Il aura suffi qu’un gamin armé entre en scène,
Il aura suffi d’un unique coup de couteau,
Pour que tout bascule.

 

Andy vient de voir sa mère tuer un homme. Sans une once d’hésitation. Efficace. Calme.
Andy vient de comprendre que sa mère n’est peut-être pas celle qu’elle prétend.
Et, maintenant que les masques tombent, la voix de ces deux femmes pourrait bien ne plus jamais se faire entendre.

 

Contexte de lecture

 

Je suis une grande fan de Karin Slaughter. J’avais eu un avis mitigé sur son dernier livre Une fille modèle, alors que j’avais adoré tous ses autres ouvrages. Aussi, je suis très heureuse de dire que j’ai retrouvé tout ce que j’aime dans Son vrai visage.

 

2F5DDAED-4090-4D6E-AA9A-58C4F298378C

 

Je remercie sincèrement BePolar et les Editions HarperCollins pour l’envoi de ce livre.
L’aventure au sein du Club Sang est un vrai bonheur.

 

Mon avis

 

Laura et sa fille sont au restaurant. Elles fêtent les 31 ans d’Andy. Une fusillade a lieu et sous les yeux éberlués d’Andy, Laura tue l’homme armé. Ce n’est pas tant qu’elle ait voulu protéger la chair de sa chair qui surprend, mais la méthode utilisée. Laura s’est transformée en machine à tuer. La vidéo de la scène tourne en boucle sur les chaînes infos et soulève beaucoup de questions. Où cette femme qui mène une existence paisible a-t-elle appris ces gestes efficaces et précis ?

 

Les doutes se renforcent lorsqu’un homme tente de tuer Laura, à son domicile. Elle supplie sa fille de fuir.

 

Andy n’est pas préparée à une vie de cavale. Comment cette jeune femme naïve va-t-elle sauver sa peau alors qu’elle ne connaît pas la nature du danger qui la guette ? Comment interpréter ce qu’elle découvre et qu’elle ne parvient pas à relier au présent ?

 

Avant de vous dire mon ressenti, il faut que je reprenne mon souffle. Quelle course-poursuite ! Et que de tension ! Comme souvent avec Karin Slaughter, l’espace-temps est court, ce qui lui permet de vraiment planter le décor, de provoquer un attachement ou un rejet des personnages, de décortiquer leur psychologie et de saisir comment les événements s’enchaînent. L’auteure excelle dans ce format. Deux époques sont relatées : une en août 2018 et une fin juillet 1986, mais chacune dure une semaine. Et il y en a des actions en si peu de temps. Mais surtout, il s’en est passé des choses dans mon cerveau. Je cherchais, moi aussi, à relier les faits entre eux. J’étais sous tension. Le suspense est très fort quel que soit l’espace temporel.

 

Et comment ne pas ressentir d’empathie pour Andy, qui se retrouve dans une situation qui la dépasse, elle qui n’a rien demandé et qui doit vivre des aventures plus grandes qu’elles ? N’étant pas préparée à ce type de vie, elle commet des erreurs. Seront-elles fatales ? J’ai aimé la voir évoluer contre son gré, grandir, poussée par le danger et l’adrénaline. De plus, il lui faut accepter que sa famille ne soit pas celle qu’elle croit.

 

Conclusion

 

Cavales, mensonges, activistes, liens familiaux, manipulation psychologique, militantisme, secrets, charisme, argent, suspense, etc. : mélangez tous ces ingrédients et vous obtenez un page-turner d’enfer, à savoir Son vrai visage.

 

Je le précise que j’ai adoré ?

 

De la même auteure

 

Angie

Une fille modèle 

 

#avispolar #bepolar #sonvraivisage #HarperCollinsFrance #KarinSlaughter